Guadeloupe

Depuis la Martinique, nous avons rejoint Point-à-Pitre où nous avions rendez-vous avec Estelle et Virginie. En quittant Saint Pierre, nous embarquons un jeune couple de bateau-stoppeur pour une nuit de traversée agitée; la pauvre Mélissa s’en souviendra, qui n’a pas quitté son seau de la nuit. Pourtant le début de soirée avait bien commencé : nous avons traversé un immense banc de poisson volant.

De Pointe-à-Pitre aux Saintes avec nos amies Estelle & Virginie

Arrivés le 16 Janvier à Point-à-Pitre, nous accueillons immédiatement à notre bord Estelle et Virginie, nos deux amies du nord, plus précisément de Godewarsvaelde – enfin, je ne suis pas certain de l’orthographe… Nous mettons le cap le lendemain matin pour Marie-Galante, ou nous retrouvons dans la baie de Saint Louis l’équipage d’Appel d’Air, nos amis qui nous avaient quittés au Cap-Vert. Félix retrouve son copain Matheo, et nous retrouvons avec joie Sébastien, Cathy et Noémie.

Le village de Saint-Louis n’est pas très accueillant – voire complètement mort lorsque les navettes de charter ne le fréquentent pas. Nous partons le lendemain pour Grand bourg, un peu plus au sud.

Nous profitons de cette escale pour visiter ce village pittoresque, et profiter de la plage. Avec Estelle et Virginie, Pierre visite la distillerie du Père Labat (également appelée distillerie Poisson). Cette petite et très ancienne distillerie est restée dans son jus. Nous avons de la chance, la production annuelle a repris dix jours auparavant seulement, et la visite libre nous autorise à passer partout. Bien qu’en France, nous sommes loin, très loin des procédures de sécurité européennes !

Le marché de Grand bourg, haut en couleurs
La distillerie Poisson, ou les cannes fraîchement découpées attendent leur traitement
Estelle, heureuse dans son élément!
Dans le minuscule port de Grand Bourg, nous sommes au bout du ponton des pêcheurs
Sitôt embarquée, sitôt enrôlée…

Nous repartons le 19 Janvier pour une courte navigation vers les Saintes. Courte, mais déjà bien longue pour l’estomac de Virginie qui décidément n’est pas d’accord avec la navigation.

Le magnifique mouillage du pain de sucre récompense nos efforts.

Arrivée aux Saintes dans une belle lumière de fin d’après-midi

Nous avons passé 4 jours aux Saintes, très sympas. Nous y avons vu les stigmates des Ouragans Irma et Maria, qui ne sont pas passés loin (l’oeil du cyclone Maria est passé sur la Dominique), nous avons visité Terre de Haut et Terre de Bas, et constaté les énormes différences qu’il y a entre ces deux îles. L’une très touristique et avenante, avec ses jolies plages. L’autre plus sauvage et authentique. En particulier sur Terre de Bas,  le restaurant “Eugenette” où nous ont invité nos amies, vaut largement le détour. Dans le mouillage de l’Anse Fideling à Terre de bas, nous faisons également notre premier coup de chasse sous-marin, et dînons de petits poissons (poissons soldats et chirurgiens) et d’un poulpe ! Et sur la très jolie plage de Pompierre, Sophie fait sa première véritable plongée avec masque et tuba; elle est déjà passionnée!

Le fort Napoléon domine l’ile de Terre de Haut

La superbe plage de Pompierre, où nous reviendrons…

 

 

 

 

 

Les iguanes se dorent la pilule au soleil Saintois
Eau turquoise, sable blond et fin, cocotiers…
L’église du bourg de Terre de Haut, et ci-dessous, une série d’images pour vous faire envie…

A terre de bas, l’équipage d’Appel d’Air nous quitte à nouveau; ils doivent traverser le canal de Panama en passant par le sud. Nous nous promettons, lors d’un ultime dîner bien arrosé, de nous retrouver aux Marquises dans quelques mois !

Le 23, nous quittons les Saintes pour l’îlet Gosier, à 3 miles environ de Point à Pitre. Nous y passons une dernière soirée avec nos amies, en savourant sur la plage le rituel petit punch.

La smala devant l’Ilet Gosier
Chasse aux trésors sur l’ilet Gosier; Félix déchiffre une énigme…
Et cherche la solution…
Les touristes en navette sont partis; l’ilet Gosier est à nous!
Le geste est précis, mais les canards préfèrent garder leurs distances…
De retour à Point à Pitre, les vacances sont terminées!

Tour de Basse Terre

Nous avons passé toute une semaine à Pointe à Pitre.

Raymond Robin, le constrcuteur amateur de la coque d’Ambrym, passe sa retraite en Guadeloupe. Il était ravi de retrouver le bateau, qu’il avait commencé à construire en 1981! M.Robin nous a très gentiment aidé dans l’avitaillement.

Ces quelques jours ont été l’occasion de travaux divers sur la bateau, d’une journée de promenade dans les chutes du Carbet, et bien sûr de l’avitaillement du bateau.

Sources chaudes au milieu d’une végétation luxuriante

Le grand saut de Félix!

Le 1er février, nous reprenons la mer pour fêter aux Saintes le 7eme anniversaire de Félix. Pour cela, nous retournons sur la plage de Pompierre, ou Félix sacrifie la désormais rituelle Pinata, en forme de poisson-ballon.

Félix et sa Pinata sur la plage de Pompierre
Mise à mort
La récompense !
7 ans, l’âge de raison!

Ambrym, dans la baie du Marigot
Balade le long de la pointe Morel
Surplomb de la plage de Pompierre, au loin la Dominique.
A l’aise!…

Après les Saintes, nous repartons vers le nord en longeant la cote Ouest de Basse-Terre, jusqu’à la reserve Cousteau, sur l’ilet Pigeon. La plongée y est superbe, dans une eau claire et très poissonneuse.

Heureux en mer
Graine de marin!
Départ des Saintes

Mouillage Malendure, face à la réserve Cousteau
Les premiers pas ne sont pas loin….
Mouillage sur bouée à l’ilet Pigeon
Poisson-ange francais
Diodon
Oeil de Diodon et poisson-sourcil
Celui-ci est mortel – Poisson Pierre
Félix en plongée tient la dragée haute à cette tortue

Mérou
Joli baliste noir à liseret blanc
La carène d’Ambrym
Frangins heureux!
Les enfants jettent des morceaux de pains pour nourrir les pigeons…
Balistes, demoiselles, carangues etc.

Le 4 février, nous rejoignons un peu plus au nord le mouillage de Deshaies, et jusqu’au 7, nous profitons de ce village très sympa, se sa plage, et de belles plongées.

Plage de Grande Anse
L’Anse de Deshaies

4 Comments

  1. Magnifique, très belles photos beaux paysages, tout ceci nous donne envie de découvrir ces merveilles.
    Et aussi très belle famille, qui n’est pas le moindre.
    Bonne continuation.

  2. Je pense que depuis ce reportage, le “petit dernier” galope partout en toute autonomie, non ?
    Si c’est le cas, c’est aussi le début des inquiétudes de parents : “il est où”, “tu ne le surveillais pas ?”, “Je croyais que c’était toi !”, bref, tout ça pour se rendre compte que les parties de cache-cache plaisent beaucoup aux enfants, encore plus sur un bateau !
    Bonne suite du voyage et bravo, encore, pour ce magnifique bateau construit de vos mains (enfin, presque, mais comme la coque de base était à reprendre, si je me souviens bien, il y avait encore bien du boulot !)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

vingt − 13 =