Un mois à Cuba

Cuba nous fait rêver depuis longtemps. Ce séjour, c’est un peu comme un voyage dans le voyage puisque nous avons décidé d’y rester un mois. On s’y prépare depuis la transat en écoutant tous les jours (ou presque) notre leçon d’espagnol pour acquérir quelques rudiments d’une langue que nous n’avons ni l’un ni l’autre étudié à l’école.

Après un bref arrêt aux Jardins de la Reine pour fêter l’anniversaire du capitaine, nous filons à Cienfuegos pour nous mettre en règle avec les autorités et en quête d’un mécanicien. Nous espérons que le talent avec lequel les cubains entretiennent leurs vieilles voitures pourra faire de même avec notre moteur.

Le chenal d’entrée de la baie de Cienfuegos – les gardes cotes veillent…

 

Cienfuegos

Le 19 mars, nous arrivons à la marina Marlin où nous sommes dirigé vers le quai pour les formalités d’entrée. Nous sommes prévenus : on ne plaisante pas avec les autorités cubaines, fermes mais sympathiques. Douanes, immigration, services vétérinaires et médecin se succèdent à bord et nous devons attendre toute l’après-midi avant de pouvoir enfin mettre le pied sur le quai. Premier contact avec l’administration pléthorique de Cuba.

La marina est toute petite, et il n’y a pas de place pour nous. Nous passerons finalement tout notre séjour au mouillage juste en face de la marina – interdiction de mouiller ailleurs, et de débarquer ailleurs qu’à la marina…

Mouillage à Cienfuegos – les soirées sont très agréables et nous profitons de la musique jouée dans les clubs à proximité

A Cienfuegos, nous alternons entre visite de la ville, avitaillement et le club Nautico. Avec sa piscine sonorisée à la pop latino, le club fait le bonheur des enfants pendant que Pierre cherche un mécanicien pour s’occuper du moteur. Nous en trouverons un – Alexis – qui fera rapidement les premiers diagnostics – mais qui peu à peu ne sera finalement pas disponible pour faire une réparation.

Pour quelques CUC : piscine, pop latino et tranquillité des parents

S’approvisionner aura été toute une aventure. La seule monnaie autorisée pour les touristes est le peso convertible ou CUC (prononcez couc), 25 fois la valeur du pesos cubain. Elle permet de faire ses courses à un prix élevé dans les quelques supermarchés de la ville. Le type de produit proposé y est limité et change régulièrement au gré des arrivages.  Nous avons vite pris l’habitude d’acheter dès que nous trouvions les produits voulus.

Pour pouvoir acheter cubain à un prix cubain, nous nous sommes procuré des pesos cubains dans les Cadecas (bureaux de change) de la ville. Nous avons ainsi pu acheter au marché des fruits, des légumes et des œufs – que nous avons eu beaucoup de difficulté à trouver. Mais impossible de trouver du citron pour nos cocktails !

Les marques de la révolution socialistes et du régime communistes sont omniprésentes. Et les gens nous ont fait l’effet d’être experts en système “D” pour améliorer leur quotidien.

Balade sur la punta Gorda
A Cuba nous avons utilisé tous les moyens de transports disponibles : charrette tirée par des chevaux, moto taxi collectif, vieille américaine, bus, bici-taxi… Les rues sont très bien entretenues et les avenues larges.

Parc Jose Marti et en fond l’ancien Ayuntamiento

Parque Jose Marti avec en arrière plan le palacio Ferrer

Cienfuegos est fondée par un français, le colonel Louis de Clouet sur un plan quadrillé parfaitement régulier : les calles croisent les avenidos pour former des blocs carrés.

Palacio de Valle sur la punta Gorda
C’est à Cuba que Luc renforce ses petites jambes et fait ses premiers pas seul.

L’accueil des cubains a été chaleureux, tout particulièrement grâce à Félix, Sophie et Luc; ils adorent les enfants. Souvent nous avons eu des remarques surprises sur leur nombre : “ils sont tous à vous ?”. La normalité à Cuba est d’avoir un enfant, deux maximum…

Au restaurant, premiers pas pour Luc aidé de Sophie et Félix
Au jardin public
Concert au jardin de la casa de la UNEAC

 

Cascade d’El Nicho

Faute de pouvoir nous déplacer en bateau, nous visitons les points touristiques à proximité de Cienfuegos par la terre. Pour la cascade d’El Nicho, attraction touristique rafraîchissante du coin, nous sommes passés par une agence touristique d’Etat (!) ; l’occasion d’en apprendre plus sur la vie des Cubains grâce à notre guide touristique très bavard sur le sujet lors de notre trajet en minibus.

Le coin est vraiment merveilleux mais trop touristique.

Et la pause resto pour finir !

 

Trinidad

Trinidad , fondée au 18ème siècle et classée patrimoine mondial de l’humanité, est la ville coloniale la mieux préservée de l’île. A quelques heures de bus de Cienfuegos nous la visitons quelques jours. Très touristique, l’ambiance à Trinidad est bien différente de Cienfuegos.

En tant que touristes nous devons passer par la compagnie de transport Viazul et ses bus modernes. Les cubains, eux , empruntent des autocars plus rustiques…

Nous n’avons pas le temps de sortir de la station routière que nous sommes abordés assez énergiquement par plusieurs propriétaires de casas particulares brandissant la brochure de leur établissement. Nous décidons de suivre Jose, moins agressif et à l’air plus sympathique que ses homologues féminines. Nous passons les quelques nuits de notre séjour dans sa modeste casa, et y sommes reçu avec beaucoup de gentillesse, de simplicité et d’hospitalité.

Petit déjeuner dans le patio

Trinidad vue d’en haut

Trinidad vue du Museo national de la lucha contra bandidos et du Museo Historico Municipal

Au Museo Historico Municipal

Des rues pleines de couleurs et de soleil

Templo de Yemaya – déesse de la mer sous les traits d’une vierge noire
Un vieux Monsieur très bien mis propose de se faire prendre en photo pour un CUC

Sur la Plaza Mayor

Visite d’une poterie (alfarero ceramica). Le patron, et potier de père en fils, fait une démonstration spécialement pour les enfants très impressionnés par son savoir-faire.

 

La Havane      

Pour Pâque nous mettons le cap sur La Havane où nous passons quelques jours en famille avant d’accueillir nos amis Fred et Judi et leurs deux petites filles Eileen et Ouvéa pour la fin de notre séjour à Cuba.

Grâce à l’office du tourisme de Cienfuegos, nous trouvons une casa particulare capable d’héberger nos deux petites familles dans le quartier de Nuevo Vedado. C’est un peu loin du vieux centre -la Habana Vieja – et du centre – centro Habana, que nous rejoignons en bus pour quelques pesos cubains lors de trajets hauts en couleur.

Balade sur le Malecon que nous remontons du centro Habana jusqu’au Vedado – une belle marche !
Plaza de la Catedral le jour de Pâque
La Capitole construit à l’identique sur le modèle du capitole américain

Premiers pas tout seul sur le Prado – à Cuba Luc aura appris à marcher sur la terre ferme
Visite du Museo de la Revolucion où nous découvrons en détails l’histoire de Cuba

Pas de chasse aux œufs cette année pour Pâque. Comme les cubains nous emmenons nos enfants au parc avec ses manèges, balançoires et autres châteaux gonflables. Il y a foule et il faut faire la queue longtemps…
Vous connaissez le jeu des voitures ? Chacun choisit un couleur et compte le nombre de voiture de sa couleur qui passe. Idéal pour faire patienter les enfants à l’arrêt de bus, et à Cuba on peut choisir rose fuscia ou orange et avoir ses chances de l’emporter !
Castillo de la real fuerza

 

 

La suite de notre voyage à Cuba avec Judi Fred, Ouvéa et Eileen au prochain épisode !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

9 − quatre =