La découverte de Nuku Hiva

L’arrivée à Nuku Hiva

Arrivés le 30 Juin, il nous reste 3 jours avant que Catherine et Dominique ne repartent en France. Ce n’est pas grand chose, mais c’est mieux que rien ! Accompagnés de Marie-Astrid, qui héberge si gentiment Catherine et tout l’équipage depuis leur arrivée, ainsi que de sa mère Delphine, de sa fille Teani,et de Tcherina, nous faisons en 4×4 le tour de l’île. Nous sommes immédiatement charmés ; la nature est riche et merveilleuse, les décors  sont majestueux, et les gens adorables.

Le jour de ses 39 ans, Cécile pose le pied sur Nuku Hiva. La traditionnelle Pinata – une montgolfière fabriquée pendant la traversée – célèbre l’événement.

Sur la plage d’Hatiheu
Décor marquisien
Devant un fa’e, habitat traditionnel, sur le Pae pae. Ce sont des plate-formes surélevées, formées par de gros blocs de pierre, parfois même énormes . Il y a dans toutes les vallées de nombreux vestiges ; la population des Marquises est passée de plus de 100000 à environ 8000 depuis sa découverte par les Européens.
Habitat traditionnel marquisien (fa’e)
Catherine et Dominique surplombent la baie d’Hatiheu
Baie d’Hatiheu
Devant la baie du contrôleur, qui dessert Taipivai, lieu de l’intrigue du roman “Taipi” de Hermann Melville, où il raconte sa mésaventure à l’époque où les Marquisiens se faisaient parfois cannibales…
Dominique, devant la baie du contrôleur.
La baie de Taiohae est une ancienne caldeira inclinée et immergée coté sud.
Devant l’église d’Hatiheu, Marie-Astrid et Dominique.
La baie d’Aakapa.
Devant la baie d’Aakapa

Le 3 Juillet, Catherine et Dominique nous quittent, et nous laissent à notre nouvelle vie marquisienne. Le prochain rendez-vous est pris aux Tuamotus, pour 2019 ! Charmés par l’île, nous décidons d’y passer une partie de la saison des cyclones et de nous “sédentariser” quelques temps.

Avant la rentrée scolaire, le tour de l’île en voilier

Nous passons les festivités du 14 Juillet à Taiohae, ainsi que la finale de la coupe du monde de football : ça se passait à 5 heures du matin dans la salle commune, avec une super ambiance malgré l’heure matinale.

Défilé du 14 Juillet à Taiohae, sous la bannière des Marquises !

Une des plages de la baie de Taiohae.
Les bateaux au mouillage dans la baie de Taiohae.

Du 16 Juillet au 14 août, nous faisons le tour de l’île : Nuku Hiva fait environ 15 milles de diamètre, et les voiliers en ballade se comptent sur les doigts d’une main ! Les baies sont nombreuses, variées, et magnifiques. Dans chaque baie, nous rencontrons des gens très accueillants, qui nous offrent spontanément repas, poissons et fruits. La chasse sous-marine marche très bien, au milieu des raies manta et des requins. Bref, c’est le pied!

La baie d’Hakatea

Arrivée dans la baie Hakatea, devant le village d’Hakaui. Superbe mouillage surplombé d’une majestueuse falaise, à 6 milles de route de Taiohae.

A Hakaui, à marée haute, nous pouvons remonter la rivière, et faire le plein d’eau potable. Le lieu est d’un très grand charme, et serait parfait s’il n’y avait pas des moustiques et des nonos voraces. Les nonos sont des mouches microscopiques, dont la morsure démange et s’infecte plusieurs jours – voire semaines – après!
Paddle en eau douce!
La corvée d’eau!
Au pied de la cascade Vaipo, une chute de 300 mètres de haut, qu’on ne voit malheureusement que de loin.
Diner chez Kua et Taiki, en compagnie de Cathy, Seb, Noémie et Matheo, nos amis d’Appel d’air, et d’un bateau d’amis canadiens.

La baie de Haahopu

Mouillage désert, eau cristalline, raie mantas et barbecue sur la plage, au clair de lune… Nous y rencontrons et sympathisons avec la future maîtresse de Sophie, Elvira, une tahitienne qui campe sur la plage avec sa fille Hootonui et son mari Lolo, entraîneur de l’équipe de foot du village.

Préparation du barbecue sur la plage d’Haahopu.
La pêche du jour, deux Umé taré, dont la peau est un cuir qui se prête parfaitement à la cuisson au barbecue.
Luc se demande si ça fait mal…

La baie de Pua

Arrivée au coucher du soleil dans la baie de Pua. Un mouillage désert dans un décor de rêve.
Coup de pêche au filet sur la plage de Pua, avec Marina et Germain, qui nous ont si généreusement accueilli.

Entourée de chatons, de chiots, d’un porcelet et de poussins, Sophie est au paradis chez Marina et Germain.
Depuis Pua, ballade jusqu’à la baie voisine d’Hakaea. Au loin, on apercoit les aiguilles d’Aakapa.
La baie d’Hakaea.
Sur l’une des deux plages d’Hakaea. Encore un lieu sauvage et superbe.
Nous n’avions pas pris assez d’eau pour cette ballade. Heureusement, il y a des noix des coco à profusion !

La baie d’Anaho

Anaho est la seule baie avec récif de corail et platier. C’est une baie très bien protégée, et magnifique. On n’y accède qu’à pied, à cheval ou en bateau; il n’y a pas de route.

Vue du mouillage d’Anaho, depuis le chemin vers Hatiheu.
Sophie et sa nouvelle très grande copine Aliya, en tenue traditionnelle confectionnée par Mahei, en cadeau de bienvenue !
Barbecue sur la plage avec les équipages des autres voiliers de la baie.
Moïra, Ulysse et Félix surveillent la cuisson du poulpe.
Au milieu des bébés requin pointe noire, Luc est comme un poisson dans l’eau!
Hugues – capitaine d’Alma Tanem, papa d’Aliya, compagnon de Sofia, et maintenant papa de Tao – aide Pierre à ramener sur la plage l’enrouleur de génois pour le redresser.
Teiki invite tous les dimanches les équipages au mouillage à un barbecue chez lui !
Atelier “rapage” du coco pour confectionner le lait de coco.
Ludivine, une des deux filles de Mahei et Teiki.
Dressage des pare-battage, encore sauvages!
Rien ne jure dans le décor…
Promenade à cheval sur les plages de la baie d’Anaho.
Michel, l’un des deux fils de Mahei et Teiki.
Steven, qui a initié Pierre au rude travail du coprah.

Prêtes pour la rentrée des classes à Taiohae!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 + 14 =